Ne jamais désespérer !

Publié le par cherki

Il y aura d’autres batailles. Les salariés qui se sont mobilisés pour défendre leurs régimes spéciaux doivent être fiers de ce qu’ils ont accompli. Malgré une pression médiatique sans précédent à leur encontre qui ressemble plus à de la propagande, de la propagandastaffel, qu’à de l’information, ils ont mené une lutte courageuse et emplie de dignité. Malgré une gauche quasiment aux abonnés absents et qui de surcroît, pour la plupart de ses responsables, soutenait la remise en cause sarkozienne des régimes spéciaux, ils ont réussi à faire vivre l’idée de lutte sociale. Il y aura d’autres batailles. Malgré là encore le rouleau compresseur médiatique et la bonne conscience de nos élites en faveur de l’américanisation de l’enseignement supérieur, de très nombreux étudiants ont clairement pris conscience du caractère libéral, néfaste et scandaleux de la loi Pecresse sur les universités. Il y aura d’autres batailles. D’ailleurs les fonctionnaires ont réussi une belle démonstration mardi dernier. Il y aura d’autres batailles car ce pays n’en a pas fini avec la question sociale. Elle est même au cœur de tout. Il y aura d’autres batailles et il y aura d’autres victoires car l’écume médiatique et la frilosité des élites n’auront pas toujours raison de la détermination des salariés.

Publié dans J'ai vu...

Commenter cet article

abonné PSG 05/12/2007 19:05

J'ai vraiment du mal à comprendre en quoi les personnes qui ont manifesté pour les régimes spéciaux doivent en être félicité.
Tout d'abord, on est en France, dans un pays démocratique où un candidat (pour lequel je n'ai aucune affinité) a été élu avec un programme qui évoquait ce point là. En gros, remettre en cause la suppression des régimes spéciaux, c'est en quelquesorte remettre en cause les élections. Et quand on connait le score, on sait de quel côté penche l'opinion français...De plus, les syndicalistes m'ont encore une fois de plus dégouté. Bloquer la France et en être fier, c'est tout simplement lamentable. Car j'ai vraiment du mal à croire que les syndicats sont là pour défendre les droits des salariés. Non, ce sont des mecs qui veulent avant tout défendre leurs avantages, point. Manifestent-ils lorsqu'une injustice touche un autre secteur que le leur? NON, ils s'en contrefichent...Des exemples, on pourrait en faire collection:
-pourquoi les syndicats SCNF se foutent complètement des conditions de travail précaires des salariés du privé qui travaillent à leur côté, par exemple ceux qui nétoient les gares. Lorsqu'on accorde un privilèges à ces fonctionnaires, combien de personnes de maintenance en subissent le contre coup du fait de coupe burgétaire??? Il y a quelques années à Tolbiac, les syndicats de gauche ont tout simplement bloqué la fac de Tolbiac (où je suivais mes cours à l'époque) sans aucune raison (guerre en Irak, lien entreprises et fac enfin on  nous a sorti tellement de conneries). Ces mêmes syndicats qui se disent défenseur des opprimés ont eu une attittude scandaleuse: tabassage d'un membre de l'UNI car ils distribuaient des tracts, on peut ne pas être d'accord mais là (d'ailleurs jai voté pour la seule pour les élections universitaires et j'ai pas hésité à mettre UNI!), annulation des partiels et menaces aux élèves qui ont un opinion différents. Le pire exemple, c'est le jour où des étudiants africains ont dit qu'ils fallaient reprendre les cours sinon ils risquaient de perde leur année c'est à dire des années d'économie et la fin de leur espoir d'étude en France. La réponse a été cinglante: "on s'en fout". Là aussi j'ai pas hésité à dégommer ceux et celles qui bloquaient les acsenceurs. Ils avaient beau parlé de violence de notre part, je ne les avais jamais bloqués, moi!!!
Enfin bref, le syndicalisme reste un grand mystère pour moi. Ils montrent une fois de plus le côté égoiste de l'homme. Parler de mouvement de solidarité, pour moi, c'est une belle blague. Un prof nous avait dit que la politique était en quelque sorte le moyen de faire la guerre d'une autre manière. Le syndicalisme c'est exactement la même chose à une échelle différente, c'est tout.
Désolé, ça n'est que mon avis.
Je reste cependant opposé à la loi Précresse.