Ridicule et blessant !

Publié le par cherki

Une fois encore sous la houlette de Nicolas Sarkozy notre pays est en train de se déconsidérer aux yeux du reste du monde. J’en veux pour preuve l’inadmissible position à l’encontre des quelques milliers de tunisiens qui, munis d’un titre provisoire de séjour régulier délivré par les autorités italiennes, sont pourchassés implacablement sur notre territoire national. D’un coup de menton dont il devenu coutumier, le Président de la République a décidé, au mépris des règles régissant la libre circulation des personnes dans l’Union Européenne, d’interdire de séjour sur le territoire national des ressortissants étrangers en situation régulière. Car, n’en déplaise à Messieurs Sarkozy et Guéant, ces personnes ne sauraient être considérées comme des étrangers en situation irrégulière puisqu’ils sont en possession d’un titre de séjour provisoire délivré par les autorités italiennes. Dès lors, en agissant ainsi, le gouvernement franchit un pas dangereux en s’attaquant à des étrangers en situation régulière au mépris des lois et des règlements en vigueur. C’est une attitude inadmissible de la part du gouvernement d’un pays qui se revendique comme un des dépositaires des droits de l’homme et des libertés fondamentales dans le monde et qui n’a pas hésité à ce titre à engager les forces armées nationales sur des théâtres d’opération extérieures dans le but affiché de les faire respecter comme en Côte d’Ivoire et actuellement en Libye.

Ce positionnement est également grotesque car il présente notre pays comme étant en situation de faiblesse. Voyez-vous, selon le gouvernement, le France ne serait pas en capacité d’accueillir temporairement 20 000 tunisiens, soit 0,03% de la population totale de la France, quand la Tunisie, elle, serait en capacité d’accueillir, de loger temporairement et de nourrir plusieurs dizaines de milliers de réfugiés libyens fuyant pour partie les bombardements de l’aviation française. C’est le monde à l’envers. Ainsi la France, pays membre permanent du Conseil de Sécurité des Nations Unies, une des 10 premières économies de la planète et actuelle puissance invitante des G 8 et G 20 ne serait pas en mesure de fournir cet effort quand la plus petite et plus pauvre Tunisie en fournit un plus considérable.

Personne ne peut croire à une telle fable et tout le monde voit bien qu’il s’agit d’une basse opération de politique intérieure destinée à conjurer la fuite d’une partie de l’électorat de Nicolas Sarkozy vers le Front National de Marine Le Pen. Mais, ce sera peine perdue car le ressort principal de l’érosion du vote en faveur de Nicolas Sarkozy ne provient pas de ces questions. Et ce n’est pas en triquant quelques pauvres tunisiens que le Président de la République sera en mesure de répondre aux interrogations sur l’incapacité de l’Europe à protéger ses frontières commerciales et à lutter contre la spéculation financière.

Nicolas Sarkozy risque de perdre sur les deux tableaux, celui de l’efficacité politique et celui de la morale. C’est son problème. Le notre, c’est que son action abîme considérablement l’image de notre pays aux yeux du reste du monde et notamment auprès des populations des pays arabes actuellement mobilisées pour conquérir la démocratie dans leurs pays et avec lesquelles nous aurons, quoi qu’en pense Nicolas Sarkozy, un avenir commun à construire entre les deux rives de la méditerranée. Un avenir qui commence par le respect et une certaine dose de générosité maîtrisée.

Publié dans Carton rouge à

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article