Bienvenue dans la grande Europe allemande !

Publié le par cherki

drapeau-allemand.jpg

Bienvenue dans le 4ème Reich libéral ! La formule pourra choquer j’en conviens. Mais comment caractériser le comportement de la République Fédérale d’Allemagne et de sa chancelière, Angela Merkel dans la gestion de la crise grecque ? En contrepartie d’une aide de 110 milliards d’euros sur 3 ans, dont 30 milliards par le FMI, le gouvernement grec acculé a été contraint de présenter un plan d’austérité sans précédent entraînant pendant trois années une diminution de 7% des dépenses publiques. Cela se traduira par d’immenses reculs sociaux dans ce pays. C’était la condition posée au gouvernement grec par l’Allemagne, la Commission Européenne et le FMI dont le directeur général, pourtant soi-disant membre du PS, a été d’une discrétion absolue concernant le coût social de ces contreparties. Pauvres grecs qui paieront l’addition, mais aussi pauvres européens car la démonstration vient une fois encore d’être faite que la seule alternative qui était proposée en Europe à une politique libérale était une politique d’austérité conduite par un gouvernement socialiste fût-il pourtant élu sur une autre orientation. Dans ce processus, l’Allemagne aura joué un rôle déterminant, celui de gardien du dogme libéral qu’il a grandement contribué à forger et à imposer en Europe. D’ailleurs afin d’être bien comprise de tous, Angela Merkel a indiqué dans le journal allemand bild am Sonntag « qu’à l’avenir il soit possible de retirer temporairement ses droits de vote (au niveau européen) à un pays qui n’a pas respecté ses obligations ». Un groupe de travail au niveau des ministres des finances serait même crée en mai pour proposer des modifications aux traités allant dans cette direction. On croît rêver ! Ainsi, la volonté présente dans le projet de Constitution européenne tendant à figer les politiques économiques refait surface. Une fois encore, la droite allemande est à la manœuvre pour imposer au reste de l’Europe des conceptions libérales. Pourtant la droite allemande na pas eu les mêmes préventions dans un passé récent. Souvenons-nous de l’épisode de la réunification. A cette époque, pour des raisons politiques et contre toute logique économique Helmut Khol , Chancelier de droite de la République Fédérale d’Allemagne avait décidé la parité entre le Mark d’Allemagne de l’Est et le deutsch mark. Le responsable du SPD de l’époque, Oscar Lafontaine, avait dénoncé l’absurdité économique de cette mesure. Pourtant au nom de la solidarité politique européenne, le gouvernement socialiste français avait soutenu le gouvernement conservateur allemand. La suite on la connaît, c’est la France qui a indirectement cofinancé la réunification allemande en maintenant le cap du Franc « fort » au prix d’une hausse du chômage et d’un tassement de notre croissance. Si à l’époque nous avions adopté la doctrine Merkel l’Allemagne aurait payé d’une note encore plus salée sa réunification. Voilà pourquoi la position actuelle de l’Allemagne est inadmissible. Voici pourquoi, si elle maintient sa position et que nous nous y soumettons alors il ne sera pas usurpé d’affirmer que nous entrons dans l’ère européenne du 4ème Reich libéral.

Commenter cet article