Non merci !

Publié le par cherki

Combien de temps encore allons-nous nous laisser donner la leçon par des histrions inconséquents ? Cette fois-ci c’est l’ « incontournable » Bernard Henri-Levy qui s’y colle. Selon ce philosophe de salon la gauche n’aurait d’avenir que dans le renoncement à son rassemblement en devant opter pour l’alliance avec le MODEM de François Bayrou. Et de nous inviter à opter pour la gauche « américaine » dont il avoue être un partisan déterminé. Selon Bernard Henri-Levy la lutte se déroulerait désormais à l’intérieur de l’éthos libéral où il conviendrait de distinguer entre un « bon » et un « mauvais » libéralisme. La thèse n’est pas nouvelle, elle sent furieusement le réchauffé. C’est cette même thèse qui au nom d’un juste combat contre le totalitarisme en est venue à combattre toute pensée qui refusait de faire de l’ « individu », pris comme une abstraction philosophique, l’horizon indépassable du combat politique. Au nom du combat pour la liberté on en est venu à dénier toute pertinence aux analyses qui critiquaient la domination et les mécanismes de reproduction de la domination dans la société capitaliste. Or, la liberté, sans l’égalité et la fraternité, n’a aucune effectivité si ce n’est d’être celle du renard « libre » dans le poulailler « libre » ! Et par une succession de raccourcis saisissants Bernard Henri-Levy et tous ses amis en viennent à considérer que tous ceux qui refusent de se soumettre à leurs nouveaux dogmes sont au choix, des « fascistes », des « racistes », des « rouges-bruns » et j’en passe. La disqualification comme mode de pensée où l’anathème remplace le raisonnement. Curieux procédé néostalinien employé par celui qui fît toute sa carrière médiatique sur la déstalinisation de la gauche française. Monsieur Bernard Henri-Levy, nous vous laissons à vos rêves de gauche « américaine ». En retour ayez l’obligeance de bien vouloir laisser la gauche française réfléchir sereinement aux raisons profondes de ses trois échecs présidentiels. Et, puisque vous semblez disposer d’un accès aisé aux médias, mettez le à profit pour convaincre votre « ami », Nicolas Sarkozy, de stopper son entreprise de destruction du modèle social français issu de la Résistance. La Résistance, Monsieur Bernard Henri-Levy, vous n’avez pas oublié je l’espère qu’il s’agit de la période où des des hommes et des femmes courageux prirent les armes pour combattre l’occupant nazi. La Résistance, cette période un peu utopique où certains révèrent d’édifier une société meilleure.

 

 

 

Publié dans Carton rouge à

Commenter cet article

patrick 17/10/2007 12:23

La crise de la gauche : le choc avec le libéralisme (3) Par Roland Hureaux. L'auteur achève son analyse de la crise de la gauche, qui ne s'en sortira qu'en prenant clairement position contre le libéralisme triomphant en Europe comme dans le monde. Comme ces dynasties fatiguées qui tombent en quenouille, l'histoire du parti socialiste a abouti à Ségolène Royal. Elle qui avait soutenu avec ardeur la candidature ultra-européenne de Jacques Delors en 1995, résumait sur le plan économique les contradictions du socialisme pro-européen et mondialiste : la difficulté de présenter un projet alternatif sur le plan économique. Elle incarnait certes mieux que d'autres, par son image de femme libérée, l'avatar libertaire de la social-démocratie mais elle le faisait à un moment où la gauche perdait sa spécificité dans ce domaine. Faute de pouvoir de manière crédible revenir aux fondamentaux de la gauche historique : la réduction des inégalités, la lutte contre les puissances d'argent, notamment dans la presse, il ne lui restait à se singulariser que par un « plus social », en matière d'aide à l'enfance, d'enseignement, d'allocations et donc de dépenses publiques ignorant la crise profonde de l'Etat-providence. Une crise qui conduit les classes moyennes menacées de prolétarisation et ce qui reste de la classe ouvrière (les « travailleurs pauvres » récemment redécouverts par les statisticiens) à rejeter tout ce qui peut passer pour un excès de social, toute politique trop généreuse en faveur des exclus. Parce qu'ils ressentent confusément que ce sont eux et non les vrais riches qui vont en payer le prix, parce que passé un certain seuil, la redistribution en faveur du bas de l'échelle est vécue comme injuste par ceux qui travaillent. Même sur le terrain social, qui avait été longtemps le sien, la gauche en est venue à exaspérer la classe ouvrière ! Sarkozy a réussi son opération de brouillage En se présentant comme le candidat de « la France qui travaille », Nicolas Sarkozy a bien perçu la faille d'une surenchère sociale par rapport au sentiment populaire dominant, même si on se demande encore par quoi va se traduire cette prise de position. Qu'à l'inverse de tous ses prédécesseurs, Mme Royal ait néanmoins pris le pouvoir au PS par la droite, en insistant sur la sécurité et les valeurs patriotiques marque aussi une époque nouvelle. Mais sur ces thèmes, en phase avec les aspirations du peuple réel, la gauche se trouve, à l'évidence, en déficit de crédibilité. En définitive l'alignement de la gauche sur les politiques économiques de droite et celui de la droite sur les valeurs sociétales de gauche aboutissent à une indifférenciation des valeurs politiques que l'univers des médias, lui-même fondé sur l'équivalence généralisée des valeurs, ne peut que ratifier. Un des objectifs, parfaitement atteint, de Sarkozy quand il a fait appel à des hommes de gauche était de mener à son terme ce travail de subversion du sens, d'indifférenciation droite-gauche. Dans cette nouvelle donne, la compétition pour le pouvoir est devenue un concours de mode dont la presse people est l'arbitre. Si la gauche en tant que classe ou idéologie ne peut être à ce jeu que perdante, la gauche en tant que syndicat d'intérêts électoraux ou faction (au sens que ce mot avait dans les républiques italiennes du Moyen-Age) a encore quelque chance de revanche si d'aventure elle se trouve un leader qui fasse plus « mode » que celui de la droite. Le succès de Tony Blair n'eut pas d'autre base. C'est un peu ce qui se trouvait sous-jacent dans la candidature atypique de Ségolène Royal. C'est le facteur mode qui lui a permis de surclasser aisément à la « primaire » ses rivaux socialistes. Mais à ce jeu, elle s'est trouvée elle-même surclassée en finale. Fin de partie ? Que le projet social-démocrate ait perdu largement son sens au sein d'une économie mondialisée, qu'il ne puisse s'accomplir qu'à l'abri d'un sas douanier ou à la rigueur monétaire, c'est ce qu'avaient compris depuis longtemps les amis de Jean-Pierre Chevènement. C'est aussi ce qu'a perçu Laurent Fabius quand il a refusé en 2005 la Constitution européenne au nom d'une Europe sociale bien différente de celle qui est promue aujourd'hui à Bruxelles. Jean-Pierre Chevènement a échoué en 2002 à accéder au second tour des présidentielles. Laurent Fabius n'est pas allé jusqu'au bout de sa démarche référendaire qui eût été de présenter sa candidature aux présidentielles de 2007 en dehors du Parti socialiste : en rupture avec ce qui avait été la logique doctrinale du parti socialiste depuis 1945, il n'a pas osé l'être avec sa logique d'appareil. Il est vrai que tout candidat de gauche qui prendrait le risque de remettre en cause la logique mondialiste ferait sans nul doute l'objet d'un tir serré des media, sur le thème de la ringardise, au même titre que ceux qui l'ont tenté à droite. Or, nous l'avons montré, il est désormais mortel de ne pas être fashionable. Entre l'acceptation du libéralisme international, dont la machine européenne n'est plus que le relais et qui ne laisse guère d'espace à une authentique politique de gauche et les positions de refus radical du libéralisme promues par les chapelles d'extrême gauche, dont la crédibilité est proche de zéro, il n'y a plus guère d'espace. Il se peut que la gauche française soit comme ces étoiles qui continuent de briller faiblement dans le ciel du fait de la distance et de la force d'inertie mais qui sont en réalité des astres étein

michel moine 13/10/2007 09:29

Il faut cependant lui reconnaitre, mon cher Pascal, qu\\\\\\\\\\\\\\\'il est bien plus audible que certains dans ce rôle d\\\\\\\\\\\\\\\'opposant au sarkozysme universel.