NON !

Publié le par cherki

Ayons l’honnêteté de le reconnaître, la gauche a réalisé un très mauvais premier tour de l’élection présidentielle. Alors que traditionnellement la hausse de la participation électorale profite à la gauche, c’est Nicolas Sarkozy qui en a la plus profité réussissant à accroître de plus de 8 points le socle théorique sur lequel il s’appuyait (Chirac + Boutin) quand Ségolène Royal ne déborde qu’à peine le sien (Jospin + Chevènement + Taubira). Le second tour s’annonce comme extrêmement difficile. A droite le potentiel électoral de Nicolas Sarkozy est de 16,5 millions de voix (Sarkozy + Le Pen + de Villiers + Nihous) quand celui de Ségolène Royal à gauche est de 13,5 millions de voix (Royal + Besancenot + Buffet + Bové + Voynet + Laguiller + Schivardi). La droite a une avance théorique de 3 millions de voix. Hors, la gauche ne dispose pas de réserves de voix puisque la participation a atteint le niveau record de 85% des voix. Les seules réserves sont contenues dans les 6,8 millions de voix de Bayrou. Pour gagner, il faut que 70 à 75% des électeurs de François Bayrou se reportent sur Ségolène Royal au second tour. Ce n’est pas gagné loin de là ! Mais ce n’est pas perdu non plus. Rien ne serait plus mortifère pour la gauche que d’anticiper une défaite qui n’est pas encore au rendez-vous. L’heure des bilans viendra après le 6 mai. A cette étape toute notre énergie doit être tendue vers le seul objectif souhaitable : la mobilisation maximum derrière Ségolène Royal. Car, une élection ne se gagne pas sur une addition théorique mais sur une capacité à créer une dynamique. Pour l’instant Nicolas Sarkozy y est plus parvenu que Ségolène Royal mais une nouvelle campagne commence pour le second tour. Tout se jouera sur la capacité de rassemblement. La seule bonne nouvelle nous est venue du désistement spontané et sans conditions de tous les candidats de gauche : Besancenot, Buffet, Voynet et Bové ont appelé à battre Nicolas Sarkozy. Sarkozy lui n’a pour l’instant enregistré aucun soutien de de Villiers et de Le Pen. Ségolène Royal doit donner un contenu à ce nouveau rassemblement de la gauche. C’est en étant offensif sur les salaires, la défense des services publics, la lutte contre le chômage et les délocalisations, la lutte contre le capitalisme financier et l’Europe libérale que Ségolène Royal transformera cette nouvelle union en nouvelle dynamique. Reste l’électorat de François Bayrou. Celui-ci est composite mais ne s’est pas reconnu dans la France que souhaitait incarner Nicolas Sarkozy. Nous nous retrouvons sur la nécessité de changer de République, de restaurer un Etat impartial, de promouvoir une presse libre, de bâtir une France fraternelle. Nicolas Sarkozy est le candidat du pouvoir chiraquien sortant, le candidat des lobbys financiers et médiatiques, le candidat du tout sécuritaire. Le 6 mai, il doit être le candidat sorti. Le 6 mai, pas une voix de gauche et de progrès ne doit manquer à Ségolène Royal.

Publié dans Action militante

Commenter cet article

abonné PSG 26/04/2007 15:18

Je suis contre le libéralisme. S'il est sur que Royal porte moins cette idéologie que Sarkozy, je ne pense pas qu'elle remette en cause le libéralisme économique. Ces discours sont un peu trop orientés pouvoir d'achat, croissance économique...
C'est pourquoi je me pose cette question: pour lutter contre le capitalisme et pour que l'environnement et l'écologie soient davantage pris en compte, qu'est ce qui est mieux: le vote Royal ou le vote blanc?
 
 

cherki 27/04/2007 12:29

Voter blanc c'est indirectement voter Sarkozy.

abonné PSG 25/04/2007 12:32

J'arrive pas à comprendre ces calculs qui nous réduisent à de simples pions qui suivont nos maîtres spirituels. NON, un mec qui a voté à gauche ne votera pas forcément Royal au second tour, même si le candidat a appelé à voter pour elle.
J'ai voté Voynet au premier tour (bizarre pour un facho de Boulogne, non? j'arrête là la polémique) et j'ai pour l'instant l'intention de voter blanc au second tour. Comment croire qu'une femme défendant le système en place tout comme le candidat de droite vont dans le sens de mes convictions: protection de l'environnement, lutte contre l'effet de serre, décroissance économique, défense de la culture française...
Je suis en train de me poser une question: qu'est ce qui est mieux? le moins pire ou affaiblir le prochain président en montrant mon rejet? Je sais pas.
Ces calculs ne sont que pures fabulations. Un jeune révolutionnaire qui vote Besancenot va pas choisir Royal. Et une personne voulant exprimer son ras le bol avec le vote Le Pen ne va pas mettre dans l'urne Sarkozy.
Moi je voulais voter Bayrou au second tour, j'attend sa décision même si je crois pas trop qu'elle me fera changer d'avis.

cherki 25/04/2007 18:38

C'est votre droit de ne pas choisir. Mais posez-vous la question : est-ce que le libéralisme ça marche ?

abrial 24/04/2007 02:55

Pour ajouter une legère nuance à ton analyse pessimiste  mais tellement réaliste, qu'ils  nous restes encore une petite fenêtre de tir,pendant la derniere semaine de campagne je me suis apperçut que certains élècteurs était prêt a voter sarko car "enfumer par ça demagogie"je ne suis pas convaincu que les 30% des électeurs sarko soit  tous des immondes droitiers  réactionnaire , je pense qu'on peut lui piquer  quelques voix, si on  fait  tomber le masque  et que le  deuxieme tour se fasse  projet  contre projet peut etre qu'il est possible de faire un front anti sarko  vu les propos fachisant qu'il tient en ce moment, segolene devra tenir un discours laique démocrate et republicain et ancrer à gauche.

cherki 25/04/2007 18:39

Ok avec toi sauf que Sarkozy n'est pas un fasciste mais un bonapartiste qui va chercher à s'adresser à la France qui a majoritairement voté NON.

Manu 23/04/2007 19:31

Sois raisonnable, Pascal : il sera difficile pour Ségolène à la fois de se concilier les voix de l'extrême gauche (je dirais presque plus simplement de la gauche tout court ...), qui, si elles lui ont été en théorie accordées, plutôt de mauvaise grâce par Besancenot, appartiennent quand même encore aux personnes physiques qui mettent les bulletins dans l'urne, ET A LA FOIS les électeurs de François Bayrou, sur des thèmes diamétralement opposés. Elle est la championne des grands écarts verbaux, mais je ne suis pas sûre qu'elle soit capable de les faire fonctionner dans son programme et dans la rhétorique qui doit aller avec ...
Il n'est qu'à écouter les non-discours qu'elle a prononcés hier soir pour être dubitatifs ...
Quant à ne pas anticiper une possible défaite avant le 6 mai, il y a bien assez de socialistes chez vous qui l'ont déjà fait avant le 22 avril ...
Mais il vrai que les jeux ne sont pas faits, j'en suis bien consciente. Et encore heureux que ni Le Pen ni de Villiers ne se sont désistés en faveur de Sarko : il y a bien longtemps qu'ils ne le font plus, et c'est tant mieux pour le candidat !
Pour rappel, au cas où ils t'auraient échappés, je t'indique les résultats de ma ville, et ceux du Nord ... ils sont sans plus de commentaires:
DUNKERQUE (en noir) et le NORD (en bleu)
Nicolas Sarkozy : 30.66%, 29.30%
Ségolène Royal : 26.89%, 24.83%
François Bayrou : 14.64%, 15.64%
Jean-Marie Le Pen : 12.90%, 13.83
Olivier Besancenot : 5.43%, 5.20%
Arlette Laguiller : 2.05%, 2.09% - Dominique Voynet : 1.82%, 1.45% - Marie-Georges Buffet : 1.56%, 3.09% - José Bové : 1.18%, 1.07% - Philippe de Villiers : 1.50%, 1.70% - Frédéric Nihous : 1.10%, 1.57% - Gérard Schivardi : 0.27%, 0.24%

cherki 25/04/2007 18:40

Il ne m'a pas échappé qu'il nous reste un large travail à faire auprès des classes populaires dans le nord et ailleurs. C'est le théme de mon prochain article.