Adieu "Jipé" !

Publié le par cherki

Jean-Pierre Vernant aura été un des très grand intellectuels du 20ème siècle. Mais il aura été bien plus que cela tant il fût d’abord et surtout un très grand honnête homme. Né en un 4 janvier 1914 à l’aube de la 1ère guerre mondiale, Jean-Pierre Vernant, " Jipé " pour ses intimes, aura tracé au cours de sa vie un long et continuel sillon, celui d’une foi indéfectible, lucide et raisonnée dans la " civilisation " selon le sens que les humanistes s’accordent à donner à ce concept dont par l’étude inlassable du monde grec il aura puissamment contribué à en moderniser l’étude et la compréhension. Reçu Major en 1937 à l’agrégation de philosophie, il fera partie de ces français qui d’emblée refuseront la défaite et l’occupation nazie en s’engageant corps et âme dans la résistance au sein du mouvement Libération-Sud dont il fût un des dirigeants les plus éminents et les plus courageux connu sous le pseudonyme du " colonel Berthier " chef des FFI du Sud-Ouest. Comme beaucoup d’hommes de sa génération il fût un temps marqué par l’espoir soulevé par la Révolution Russe et adhéra au Parti Communiste Français. Mais rien ne pouvait être aussi étranger à sa culture et sa philosophie de la vie que l’idéologie et les pratiques staliniennes. L’écrasement de la révolution hongroise en 1956 officialisa sa prise de distance avec un PCF demeuré le doigt sur la couture du pantalon soviétique. Homme de fidélité, il reprendra néanmoins sa carte au PCF où il demeurera jusqu’en 1970 sans pour autant à aucun moment ne prendre aucune responsabilité ni accepter de cautionner aucune de ses dérives. Il consacrera désormais toute son énergie à son travail d’intellectuel et d’historien tout en continuant à s’engager quand l’essentiel lui apparaissait être en jeu comme notamment au moment de la guerre d’Algérie. Ses nombreux ouvrages publiés sur le monde grec en feront un spécialiste mondialement reconnu et respecté contribuant à redonner le goût de l’étude et de la compréhension de cette période fondatrice par bien des aspects de notre civilisation européenne. Aucun des aspects de la civilisation grecque ne lui était étranger. Jean-Pierre Vernant avait le souci permanent d’être compris de ses élèves, de ses lecteurs tout en évitant les raccourcis et les postures dont sont malheureusement tant friands un certain nombre de pseudos-intellectuels "médiatiques". Si Jean-Pierre Vernant ne recherchait pas la gloire et la renommée médiatique il ne rechignait pourtant pas à saisir les opportunités d’une interview écrite ou télévisée pour y délivrer un message constant : L’étude de la civilisation grecque constitue une source inépuisable de réflexion pour la compréhension et l’amélioration de nos démocraties contemporaines occidentales. Humaniste jusqu’au bout des ongles, Jean-Pierre Vernant l’était d’abord dans les relations qu’il entretenait avec autrui. Sa carrière universitaire fut des plus brillantes et le conduisit jusqu’au Collège de France où il dispensait avec simplicité, pédagogie et joie ses leçons. Son autre passion fût sa famille, son épouse Lida, sa fille Claude et son petit-fils Julien, auxquels il vouait un amour et une passion sans limites. J’ai eu le privilège de rencontrer à de nombreuses reprises " Jipé ". Ce furent à chaque occasion des moments de plaisir car " Jipé " savait être profondément drôle. Il était simple et attentionné dans ses relations avec autrui mettant toujours ses interlocuteurs sur un pied d’égalité. Ses conversations n’étaient jamais ennuyeuses ou pédantes et parce qu’il aimait vivre et qu’il aimait la vie il était porté à une empathie spontanée et naturelle envers ses semblables. " Jipé " nous a quittés à 93 ans. C’est un bel âge pour mourir. La disparition d’un être aimé vous remplit nécessairement de tristesse. Mais au regard de sa vie et de sa personne cette tristesse fera place rapidement à un souvenir affectueux et respectueux tant " Jipé " illustrait à merveille ce que le philosophe Michel Onfray appelle " la puissance d’exister ".

Publié dans J'ai vu...

Commenter cet article

brigitte 02/02/2007 21:00

 Bel hommage à celui qui se définissait comme "un vieil utopiste"! A rapprocher de ceux qui figurent sur pas mal de blogs de "chez nous" à PRS. L'occasion de nous connaître, si le coeur vous en dit. On a aussi rendu un petit coucou à Platoche, un gars de Lorraine, bien dans ses crampons. A bientôt sur la toile.

cherki 07/02/2007 13:34

En effet. A bientôt sur la toile.

Fred 30/01/2007 08:50

Je n'ai pas connu Vernant, mais je découvre (après sa mort, c'est toujours comme ça !) un homme ouvert, très à l'écoute des autres... Les portraits que font les uns et les autres de ce grand historien me font regretter de ne pas avoir eu un prof tel que lui... Simplement curieux... Simplement passionné...
 

cherki 30/01/2007 16:32

Je te comprends Fred mais il te reste à découvrir ou redécouvrir ses oeuvres qui sont la trace grâce à laquelle il continuera à vivre en nous.