Pour un nouveau Front Populaire !

Publié le par cherki

Le 1er mai, pour la première fois depuis très longtemps, tous les syndicats appellent à manifester ensemble dans l’unité enfin retrouvée. Enfin, on aimerait que cette leçon d’unité pu avoir été reprise par l’ensemble des partis de gauche qui auraient du se rassembler dans un même appel. Nous n’en sommes pas là. Au moins seront-ils tous présents à la manifestation. C’est un début, insuffisant mais un début quand même. La question majeure que la gauche a toujours eu à résoudre a toujours été celle de son unité et de son rassemblement. Divisée, la gauche accroît ses chances de défaite, rassemblée elle optimise ses possibilités de gagner. Cette question concerne les forces sociales à mettre en mouvement et également les organisations pour construire un débouché. Sur les forces sociales, pendant longtemps la question principale à résoudre fût celle de l’alliance des ouvriers et des paysans quand les paysans représentaient la force sociale numériquement la plus nombreuse. Aujourd’hui la question qui est posée est celle de l’unité des différentes couches du salariat. Cette question paraît moins difficile qu’il y a quelques années tant la profondeur et la brutalité de la crise du système capitaliste repose à nouveau avec acuité la pertinence de la construction d’une alternative à celui-ci. La question la plus délicate à résoudre apparaît être celle de l’unité des organisations. La division est la plaie de la gauche car elle favorise la fragmentation et le sectarisme qui l’accompagnent inévitablement. Encore plus dans la Vème République, modifiée par le quinquennat et l’inversion du calendrier, où l’élection présidentielle surdétermine tout. La situation économique et sociale rend encore plus nécessaire le rassemblement de la gauche qui doit sortir des faux débats entre « réformistes » ou « radicaux » pour s’occuper de la construction du nouveau programme d’alternative à la crise du système capitaliste. Pour cela elle doit forger une nouvelle alliance large incluant toutes celles et ceux qui se réclament de son camp. Une alliance qui ressemblerait à un nouveau Front Populaire. Une alliance de tous les partis, les syndicats et les associations déterminées à construire ensemble dans une coalition dynamique le programme du changement en vue des prochaines élections présidentielles et législatives pour offrir enfin ce débouché politique sans lequel la contestation sociale seule risquerait d’être frappée d’impuissance. Reste à régler la question des candidatures à l’élection présidentielle. Cette question empoisonne la vie politique car chaque fois qu’une personne récolte une once de notoriété médiatique fugace, elle s’imagine sortie de la cuisse de Jupiter et qualifiée à se présenter à l’élection. En même temps, jusqu’à présent, chaque formation politique se sert de cette élection pour affirmer sa spécificité, s’en servir comme d’une tribune pour se compter nonobstant le risque global qu’elle fait courir au camp du progrès en l’affaiblissant. Aujourd’hui l’élection présidentielle est devenue un chemin de croix pour la gauche provoquant la division entre les formations et la division au sein de la plus importante d’entre elle, le Parti Socialiste. C’est pourquoi, il faut remettre la responsabilité de ce choix à nos électeurs en combinant le légitime désir de permettre à chacune et chacun de défendre ses couleurs et celui de préserver l’unité sans laquelle la victoire devient de plus en plus incertaine. Faire de la désignation de notre candidate ou de notre candidat un moment de débat et d’unité de la gauche, un moment dynamique, le début de la marche vers la reconquête, voici la responsabilité qui nous incombe. Je ne vois pas d’autre manière que des primaires ouvertes à tous où les électeurs et les électrices de gauche qui le souhaiteraient et qui auraient la responsabilité de désigner notre candidate ou notre candidat de toute la gauche à l’élection présidentielle qui porterait le programme de ce nouveau Front Populaire.

En attendant, manifestons ensemble le 1er mai.

Publié dans Action militante

Commenter cet article