Défendons les RASED !

Publié le par cherki

Actualité oblige, j’ai consacré beaucoup de temps au congrès de mon parti, le PS,  ces derniers temps sur mon blog. Je n’en ai pas oublié pour autant les enjeux lié à ma délégation municipale. Et pour cause, jour après jour, la colère monte contre la politique inadmissible de Xavier Darcos. Cette colère est légitime. Dernier motif d’inquiétude en date, la volonté affirmée par le gouvernement de supprimer 3 000 postes d’enseignants spécialisés dans la lutte contre l’échec scolaire intervenant dans les RASED. Le gouvernement aurait tort de sous estimer la très forte indignation que cette nouvelle mesure suscite dans la communauté scolaire. Cette indignation entraîne une mobilisation croissante ainsi qu’en a témoigné la très forte participation intervenue à l’occasion de la grève du 20 novembre dernier dans l’éducation nationale. Ainsi, rien qu’à Paris ce sont plus de 60% des professeurs des écoles qui étaient en grève. Le gouvernement aurait tort de croire qu’il bénéficie du soutien de l’opinion et des parents d’élèves. C’est tout le contraire. De plus en plus de parents sont inquiets devant cette politique de déstabilisation de l’école publique mise en œuvre par le gouvernement. Lors du dernier CDEN de l’Académie de Paris ( Conseil Départemental de l’Education Nationale), c’est à l’initiative de la principale fédération de parents d’élèves, la FCPE, qu’une motion a été votée dénonçant la suppression annoncée de ces 3 000 postes de RASED. De plus en plus de Conseils d’école votent des motions similaires traduisant l’exaspération sur le terrain de l’ensemble de la communauté scolaire. La Ville de Paris comprend cette inquiétude et soutient cette mobilisation ainsi qu’en témoigne le vœu voté lors du dernier Conseil de Paris à l’initiative de l’ensemble des partis de gauche qui composent la majorité municipale. Il serait grand temps que le calme revienne dans l’Education Nationale. Pour cela il faudrait que Monsieur Darcos cesse de se comporter en Ministre de la pagaille scolaire. Je crains que pour le faire admettre à ce gouvernement il faille amplifier encore et toujours plus la mobilisation.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article