La meilleure alliée de la droite !

Publié le par cherki

Jusqu’à présent j’ai refusé de m’exprimer publiquement sur ce sujet mais je ne puis plus me taire. Je suis révolté par le comportement destructeur de Ségolène Royal. Si il y a bien des camarades qui pourraient se plaindre de certaines pratiques au sein du PS c’est bien nous. Nous qui à la motion C ne dirigeons aucune grosse fédération habituées à voter au canon. D’ailleurs si le vote avait été sincère Ségolène Royal et Martine Aubry auraient réalisé un score inférieur sur le vote des motions et sur le vote des candidats au premier tour alors que la motion C et Benoît Hamon auraient réalisé un score plus important. Et pourtant, quoique étant les plus fondés à se plaindre nous avons modéré nos critiques. Pourquoi ? Pour éviter la destruction du PS qui, en dernière analyse, ne profiterait qu’à la droite. Aussi, je demande à Ségolène Royal de cesser ses attaques contre son propre parti. Je suis écoeuré de ce cynisme émanant de notre ancienne candidate à l’élection présidentielle qui n’a eu de cesse que d’avoir elle aussi recours aux pratiques les contestables quand cela servait les petits intérêts de sa petite boutique. Il serait temps que nous refassions de la politique au PS. Passe encore que nos dirigeants invités plateaux télés critiquent l’orientation du PS, soit pour proposer un renversement d’alliances avec le centre droit, soit pour réclamer un plus fort ancrage à gauche. Cela reste un débat d’orientation politique légitime. Mais, gesticuler sur les plateaux de TF1 ou autres pour dénoncer le fonctionnement de son propre parti c’est insupportable. Et que dire des appels à manifester devant la rue de Solférino lancés par François Rebsamen. Si ce dernier a des fourmis dans les jambes, qu’il nous rejoigne dans les manifestations contre la privatisation de la poste où, samedi dernier à Paris, Benoît Hamon, Bruno Julliard et moi –même nous sommes sentis un peu seuls comme élus socialistes. Et que dire enfin des menaces de plaintes en justice proférées par Manuel Valls, Jean-Pierre Mignard et consorts qui aboutiraient en fait à faire désigner le chef du principal parti d’opposition par les tribunaux. La droite ne peut que se frotter les mains devant les impérities de cette coterie de putschistes aux petits pieds. J’espère que cette sinistre comédie s’arrêtera à l’issue du CN de mon parti. Au fait, j’aller oublier l’essentiel. Hier lundi, le journal Le Parisien publiait un sondage selon lequel les françaises et les français réclamaient du temps et de l’argent. Il me revenait alors en mémoire les propos de Ségolène Royal indiquant qu’elle avait perdu l’élection présidentielle parce qu’elle aurait été obligée de défendre le SMIC à 1500 euros et la généralisation des 35 heures. Mais de cela, elle n’en n’a cure !

Commenter cet article