Un événement majeur !

Publié le par cherki

Je me réjouis de la victoire de Barack Obama. Cette élection constitue un événement d’une portée politique de très grande ampleur aux Etats-Unis. La très importante participation électorale donne une légitimité et une assise démocratique incontestable au nouveau président américain. La très forte mobilisation des jeunes est un signe encourageant pour la revitalisation de la démocratie aux Etats-Unis. Mais le phénomène le plus notable est bien l’accession d’un noir pour la première fois à la Maison Blanche. Celles et ceux qui s’intéresse de près à l’histoire politique et sociale de ce pays en mesurent la portée « révolutionnaire ». Cette victoire peut constituer une promesse potentielle de dépassement de la question raciale aux Etats-Unis. Désormais il n’y a plus d’impossibilité pour un non blanc de pouvoir accéder à la magistrature suprême de son pays. C’est en soi une petite « révolution ». La portée symbolique de cette élection est donc considérable en ce qu’elle permettra peut-être enfin de reposer la question sociale jusque là parasitée par la question raciale. En effet, plusieurs facteurs expliquent l’impossibilité de l’émergence d’un mouvement progressiste de gauche aux Etats-Unis. Le premier de ces facteurs est bien évidemment la volonté des classes dirigeantes de n’en jamais permettre la constitution en s’arrangeant pour que les deux principales formations politiques, les démocrates et les républicains, soient toutes deux contrôlées par le Big Business. Cet état de fait n’est pas prêt de changer. Le deuxième facteur provient de la cannibalisation de la question sociale par la question raciale. Cette cannibalisation plonge ses racines profondes dans l’histoire des Etats-Unis. N’oublions jamais qu’une des causes de la guerre de Sécession fût la question de l’abolition de l’esclavage qui opposa un sud agricole, esclavagiste et libre-échangiste à un nord industriel, anti-esclavagiste et protectionniste. A l’issue de la Guerre de Sécession, la question raciale persistera donnant à la société américaine des éléments d’organisation voisins des sociétés coloniales où la séparation de la population entre communautés et l’assignation des individus au sein d’une de ces communautés surdéterminaient l’ensemble des relations sociales. Une première brèche importante fût ouverte par la formidable mobilisation de Martin Luther King et du mouvement des droits civiques. Mais, ce mouvement ne pût aller au bout de ses combats du fait de l’assassinat de Martin Luther King qui intervint au moment où ce dernier avait commencé à lier combat pour les droits civiques, lutte contre les inégalités sociales et dénonciation de la guerre du Vietnam. Le mouvement pour les droits civiques permit néanmoins de réaliser l’égalité juridique des citoyens américains et ouvrit la possibilité de l’émergence et de la reconnaissance sociale pour une minorité bourgeoise des noirs grâce à la mise en œuvre des politiques de discrimination positive. Sans le mouvement pour les droits civiques un Barack Obama aurait sûrement éprouvé de plus grandes difficultés à effectuer le parcours universitaire qui fût le sien. L’élection de Barack Obama peut permettre, je l’espère, un dépassement de la question communautaire, et ouvrir un moment où les américains ne seront plus classés en blancs, noirs, latinos, asiatique, amérindiens et que sais-je encore. Une période où les américains pourraient adopter la référence universaliste du citoyen. C’est ce qui pourrait arriver de mieux dans un premier temps à ce pays. C’est même la condition pour recréer progressivement une conscience collective dans le salariat américain, condition essentielle d’une évolution à gauche de la vie politique américaine. Nous n’en sommes pas là. Cela n’arrivera peut-être pas mais, à coup sûr, cela ne serait jamais arrivé avec la victoire de Mac Cain. Pour le reste, il ne faut pas s’attendre à des miracles. Les Etats-Unis, même sous Barack Obama, entendront demeurer la puissance impériale dominante, espérant sans doute y parvenir par le retour d’un soft power. Le moment d’interpeller et même de s’opposer à l’administration américaine arrivera vite. Pour l’instant, partageons avec le peuple américain la joie de la victoire de Barack Obama. Cette élection est un beau moment.

Commenter cet article