Le syndrome de l'autruche !

Publié le par cherki

Je voudrais demander à toutes celles et tous ceux qui dans les rangs de dirigeants et de nos élites bien pensantes n’ont eu de cesse depuis des années de nous caricaturer et de nous dénigrer quand nous osions commettre le crime de lèse pensée dominante qui consistait et consiste encore à remettre en cause le libre-échange généralisé et de prôner un retour massif de l’intervention de la puissance publique dans l’économie et la finance, je voudrais leur demander combien de temps encore ils vont continuer d’enfouir leur tête dans le sable de la pensée politique en se contentant de secouer leur plumage de réformiste. Je voudrais les inviter à ouvrir les yeux sur la réalité du monde tel qu’il est et non tel qu’ils le fantasment. Le gouvernement des Etats-Unis vient d’annoncer la nationalisation des deux plus grandes institutions de crédit immobilier américaine, Fannie Mae et Freddie Mac qui ne pouvaient faire face à leurs obligations nées de la crise des subprimes. A ce jour Fannie Mae et Freddie Mac assurent prés de 40% de l’encours total du crédit hypothécaire aux USA pour un montant de 5 200 milliards de dollars. Le gouvernement américain a décidé d’injecter prés de 200 milliards de dollars pour monter jusqu’à 80% de leur capital. Le but de l’opération de l’opération est d’éviter la faillite de ces deux géants du crédit et à leur suite de l’ensemble du système financier américain menacé de contamination par une politique de titrisation inconsidérée. Cette intervention de l’Etat américain se déroule dans un contexte de début de récession, le taux de chômage étant remonté à 6,1% de la population active, l’économie américaine ayant détruit plus de 600 000 emplois depuis le début de 2008. La plupart des secteurs sont affectés par ces licenciements massifs et l’addition aurait pu être encore plus salée n’eu été la bonne tenue du commerce extérieur américain en raison de la baisse du dollar au regard de l’euro. Pendant ce temps les dirigeants européens de droite, comme de gauche, subissent sans mot dire la politique irréaliste de l’euro fort menée tambour battant par une Banque Centrale Européenne campée sur la ligne Maginot de la lutte contre l’inflation et de la réduction des déficits. Pendant ce temps les socialistes français sont invités à discuter du sexe des anges par la plupart des responsables préoccupés de leur ego à défaut de leurs idées. Il serait bienvenu qu’un ressaisissement général s’opère et que l’on ait enfin le courage de regarder la réalité en face, celle de l’échec tragique de la financiarisation du capitalisme et de la libéralisation effrénée des échanges commerciaux. Que l’on ait enfin le courage d’admettre que désormais ce sont des solutions nouvelles qui doivent s’imposer à rebours de l’amère potion libérale administrée depuis de trop longues années.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article